Le Québec s’est-il fabriqué une haine du christianisme ?

 Avec la Révolution tranquille en 1960 qui fait entrer le Québec dans la modernité, l’Église catholique canadienne-française est confronté à de profondes remises en question. Les églises se vident au rythme où les fidèles adhèrent de moins en moins à la foi de leurs ancêtres. Dans cette capsule vidéo, le curé Pierre Gingras se demande si nous ne nous serions pas fabriqué une haine du christianisme pour mieux rejeter le passé. Le sociologue Simon Langlois, pour sa part, explique comment cette transformation sociale s’est déroulée entre 1960 et 1970.


Les aspirations des familles québécoises, de 1959 à 2013

Les aspirations des familles caractérisent ce qui est jugé désirable pour le bien-être de leurs membres une fois satisfaits les besoins de base. Les biens et services désirés doivent être perçus comme étant accessibles. L’examen des données de trois enquêtes comparables menées au Québec en 1959, 1977 et 2013 permet la comparaison dans le temps des aspirations des familles.


Quand l’Église tissait du lien social

Il fut une époque où l’église d’une paroisse représentait beaucoup plus qu’un simple lieu de culte. Autour des églises du Québec s’est greffée toute une vie qui allait tisser du lien social dans sa communauté. Dans cette capsule, le curé Pierre Gingras, le sociologue Simon Langlois et la philanthrope Aline Lacombe expliquent comment cette dynamique s’est installée et jusque dans quelle mesure elle a bénéficié aux paroissiens.


« J’ai pensé à vous », cartes postales et artisanat textile

On connaît surtout la carte postale comme expression d’une pensée adressée à un proche à l’occasion d’un voyage, d’où son association avec le tourisme. D’abord pour la correspondance d’affaire, la carte postale sert souvent d’outil publicitaire en étant produite par des boutiques, des ateliers ou des sites à visiter; des produits sont ainsi promus, notamment comme souvenirs à rapporter. Certaines cartes mettent en valeur l’artisanat textile; elles retiennent ici notre attention. [source]


Qui a la responsabilité du patrimoine religieux bâti ?

Dans cette capsule de la Web-Série « Le défi du patrimoine religieux », le curé Pierre Gingras, curé de la paroisse St-Jean-Baptiste de Québec, l’historien de l’architecture, Luc Noppen, et le responsable de la Direction des Fabriques du Diocèse de Québec, Rémy Gagnon, abordent différents aspects relatifs à la question de la responsabilité envers le patrimoine religieux bâti. Les constats sont désolants plutôt qu’encourageants.


Jeanne d’Arc et les femmes du Québec

Alors que l’Église porte Jeanne d’Arc comme un modèle idéalisé et sanctifié, le clergé tient un discours très conservateur sur le rôle des femmes. Au lendemain de la Guerre de 1914, les femmes réclament des droits politiques et juridiques. Pendant la guerre, plusieurs femmes sont sorties de la sphère privée et ont investi, plus que jamais auparavant, le marché du travail. L’Église ajuste en conséquence son discours pour ramener à l’ordre les femmes émancipées et revendicatrices, les féministes, les viragos et les suffragettes. [source]